Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92
8 - 10 novembre

36es Assises de la traduction littéraire

Les 36es Assises de la traduction littéraire, organisées par l’association ATLAS, invitent lecteurs et traducteurs à voyager entre les langues et les littératures du monde et ont pour thème l'humour.

Les 36es Assises de la traduction littéraire, organisées par l’association ATLAS, invitent lecteurs et traducteurs à voyager entre les langues et les littératures du monde et ont pour thème l'humour.

36es Assises de la traduction littéraire à Arles • "Et vous trouvez ça drôle ? De l'humour en traduction"

Réputée être l’Everest des traducteurs, la traduction de l’humour est souvent présentée comme une mission impossible. L’humour n’est-il pas intimement lié à l’histoire et à la culture d’une langue ?

Pour Mark Twain, « Expliquer l’humour ressemble beaucoup à la dissection d’une grenouille. On apprend beaucoup au cours du processus mais à la fin la grenouille est morte ». Face à cet écueil, ces 36es Assises ne tenteront pas d’expliquer mais invitent à explorer, de l'antiquité grecque à nos jours, sous quelles formes l'humour se manifeste en littérature et comment les traducteurs s'y prennent pour en restituer la saveur initiale.

Entre la performance inaugurale du comédien et metteur en scène Jos Houben, qui reprendra « L’Art du rire », une leçon illustrée sur les lois du comique, au « Chant final » d’Élise Caron, improvisatrice ébouriffante et Grand témoin de ces Assises, en passant par un bref concert de Manuel Rocheman qui interrogera l’humour en musique, ce sont plus de 40 traducteurs, chercheurs et artistes qui sont invités à explorer ce thème.

Du 8 au 10 novembre, dans différents lieux culturels d'Arles, traducteurs et lecteurs sont invités à voyager entre les langues et les littératures du monde pour partager un parcours de réflexion au gré de conférences, débats, lectures, jeux littéraires et ateliers.

L’humour doit-il faire rire ?

Rire et littérature convergent naturellement vers le théâtre. Florence Dupont, latiniste très appréciée des metteurs en scène, traductrice des comédies de Plaute et Laetitia Dumont-Lewi, spécialiste de l’œuvre du prix Nobel de littérature et génial acteur Dario Fo, parleront de la traduction des fausses langues.

Deux traducteurs familiers de la scène, Serge Valletti – acteur et auteur – et Pierre Judet de la Combe – phililogue et hélleniste — confronteront leurs versions des Grenouilles d’Aristophane, une des plus anciennes comédies qui nous soient parvenues.

Dominique Reymond, grande comédienne qui fut la Molly Bloom de Joyce aux Assises en 2011, et Martin Ploderer, comédien autrichien amoureux des grands textes, liront Les Derniers Jours de l’humanité de Karl Kraus, monumentale fresque satirique et burlesque de la première guerre mondiale.

Faire voyager l’humour

Dressant une cartographie de l’humour en littérature, Hervé Le Tellier osera mettre en danger la grenouille, tout en espérant « ne pas emmerder le monde ».

Le public sera également invité à goûter l'humour de l'auteur yiddish Sholem Alekheim avec Nadia Déhan-Rothschild, celui de Cervantès, dont Aline Schulman nous présentera sa mémorable traduction du Don Quichotte, ou encore celui de David Sedaris, Woody Allen et Philip Roth avec Nicolas Richard et Steven Sampson.

Les Assises sont aussi écrites par les participants

Des ateliers de traduction aux ateliers d'écriture, en passant par la lecture partagée proposée par Pierre Senges, les lectures caféinées ou le Jukebox Littéraire de David Lescot, de nombreux moments permettent aux participants de partager leurs coups de cœur et à entrer dans le vif du sujet pour écrire les Assises à leur tour.

Cette année, une dizaine d’auteurs et de langues au programme des ateliers de traduction : le verve comique de l’Autrichienne Vea Kaiser dans le roman Blasmusikpop avec Corinna Gepner, l’humour satirique de l’américain David Sedaris avec Nicolas Richard, une chanson pamphlétaire de l’humoriste russe Semion Slepakov avec Yves Gauthier, la résistance passive par la bêtise dans les Aventures du brave soldat Švejk de Jaroslav Hašek, classique de la littérature tchèque, avec Benoît Meunier

Encore du nouveau

Un atelier de sous-titrage du film "Moi, Tonya", de Craig Gillespie avec Guillaume Tricot.

La conférence inaugurale d’un philosophe fait place à une leçon illustrée sur les lois du comique, par le comédien et metteur en scène Jos Houben.

L'Observatoire de la traduction automatique, an 01

Les 36es Assises inaugurent une réflexion au long cours sur une question brûlante : l’intelligence artificielle utilisée en traduction.

ATLAS présente samedi 9 novembre à 15h15 au Théâtre d’Arles les premiers résultats de son Observatoire de la traduction automatique, une étude portant sur 40 grands textes de la littérature européenne passés chaque année au crible de trois traducteurs automatiques en ligne. Traducteurs, linguistes et scientifiques décortiqueront les résultats obtenus. Cette année : Santiago Artozqui - Traducteur et président d'ATLAS, Jean-Gabriel Ganascia – Informaticien et philosophe spécialiste de l'intelligence artificielle, Claire Larsonneur – Maître de conférences en traduction, littérature britannique et humanités numériques à Paris 8.

L’ATLF, prolongera ce débat le dimanche 10 novembre à 9h à la Chapelle du Méjan, lors d'une table ronde professionnelle.

Infos pratiques

> Les Assises sont ouvertes à tous et gratuites pour les arlésiens. L'inscription est fortement conseillée, le nombre de places étant limité pour tous les événements au programme.

> Rensegnement / Programme / Billetterie en ligne : https://www.atlas-citl.org/36es-assises-de-la-traduction-litteraire/

> Contacts : atlas@atlas-citl.org / 04 90 52 05 50