Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

En raison du confinement national l'ensemble des manifestations prévues du 30 octobre au 1er décembre 2020 sont annulées ou reportées.

27 juin - 26 septembre

Le Cours des choses - Peter Fischli & David Weiss / Untitled, Peter Fischli

Le Cours des choses est l'une des œuvres les plus emblématiques créées par le duo. Pour la première fois en France, Luma présente une vidéo plus récente de Peter Fischli, antithèse de la précédente.

Le Cours des choses est l'une des œuvres les plus emblématiques créées par le duo. Pour la première fois en France, Luma présente une vidéo plus récente de Peter Fischli, antithèse de la précédente.

Der Lauf der Dinge (Le Cours des choses, 1987) est l'une des œuvres les plus emblématiques créées par le duo. Ce film de trente minutes constitue un voyage au cours duquel une série d'objets et d'éléments mécaniques, roule, se renverse, brûle, se répand ou encore, se propulse en avant, créant une longue réaction en chaîne de causes et d'effets.

Allégorie de la contingence et de l'entropie véhiculant l'humour malicieux propre à Fischli/Weiss, le procédé est caractéristique de l'expérimentation créative des artistes et de leur attirance pour de complexes structures fictives en trompe-l’œil, ainsi que pour l'illusion.

Dans ce film, la séquence d'événements, méticuleusement orchestrée, suscite l'impression que les objets se sont mystérieusement affranchis du contrôle de l'homme, gagnant ainsi leur indépendance. Chacune des transitions crée une sensation de suspens à l'égard de la continuité, et à maintes reprises, il semble impossible que se produise un crucial transfert d'énergie. D'où l'impression constante que le chaos et l'effondrement sont sur le point d'advenir mais que les fréquentes irrégularités et exceptions sont ce qui empêche le système d'aboutir au point mort.

Métaphore fascinante sur l'incertitude et l'absurdité du quotidien, Der Lauf der Dinge transmet avec force le plaisir éprouvé par les artistes au cours du processus de production de l'œuvre, au travers du démembrement et du remembrement des choses, de la précision de l'équilibre, aussi bien que du surgissement de l'effondrement.

Outre Der Lauf der Dinge, et pour la première fois en France, Luma présente une vidéo plus récente de Peter Fischli, laquelle est, en un sens, l'antithèse de la précédente. D'une durée de deux minutes, Untitled (2018) évoque de façon ludique la période estivale, les vacances, la joie.

Diffusée sur écran, la vidéo ouvre sur un soleil présenté sous la forme d'un objet abstrait et lumineux, placé à l'intérieur d'un vaste ciel filtré, ultraviolet. Cette mise en scène du soleil, au plus chaud de la journée, permet à Fischli de créer la sensation d'un espace inventé, lieu tout à la fois de possibilité infinie et de concentration. Alors que le chant des cigales qui accompagne la vidéo, suscite la nostalgie de l'été méditerranéen, la caméra se déplace jusqu'à isoler une petite bouteille d'eau en plastique, à l'extrémité du front de mer. La bouteille virevolte joyeusement, dans une chorégraphie cependant irrégulière et capricieuse qui convoque le fantasme de l'évasion et des congés. Soudain, celle-ci effectue un plongeon inattendu dans l'eau, événement qu'annonce une mélodie légère, inspirée des dessins animés. L'extraordinaire simplicité de cette scène banale, la surprise initiale et la sensation de perte éprouvées au cours de cet épisode ordinaire, contrastent de façon percutante avec le scénario complexe à l'œuvre dans Der Lauf der Dinge.

Vidéo présentée grâce à l'aimable soutien de Peter Fischli.