Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures sanitaires en vigueur.

22 août - 17 octobre

Ce que nous avons en commun

À l'occasion de la semaine Agir pour le vivant du 22 au 29 août, les fabuleux dessins de Réjean Dorval et Natacha de Bradké s'installent à la chapelle du Méjan

À l'occasion de la semaine Agir pour le vivant du 22 au 29 août, les fabuleux dessins de Réjean Dorval et Natacha de Bradké s'installent à la chapelle du Méjan
© Régean Dorval & Natacha de Bradké

Ce que nous avons en commun

Dessins de Natacha de Bradké et de Réjean Dorval

Exposition du 22 août au 17 octobre 2021

Journée de vernissage dimanche 22 août

de 11 heures à 18 heures

Cette exposition propose aux visiteurs de venir à la rencontre de fragments du monde vivant et non vivant. Chaque sujet représenté s’affirme par les moyens du dessin comme une présence singulière qui nous interpelle à plusieurs égards : dans les liens sensibles que nous sommes appelés à développer avec les êtres et les éléments de la nature qui nous entoure, dans ce que nous partageons avec eux, dans ce qu’ils ont d’étranger aussi, et dans la place que nous occupons au sein de ce vaste ensemble, fait d’interrelations complexes, concrètes et souvent invisibles, qui tout à la fois nous constitue et nous dépasse.

Les deux séries de dessin présentées s’inscrivent dans un projet artistique plus large, intitulé “Ce que nous avons en commun”. S’inspirant des recherches contemporaines en anthropologie (Philippe Descola, Bruno Latour, Tim Ingold, Eduardo Kohn…) qui tentent de dépasser les oppositions classiques entre nature et culture, humain et non-humain, ce projet s’est donné pour objectif d’explorer par le dessin et la performance ce que les humains partagent en commun, d’une part avec le monde vivant des végétaux et des animaux et d’autre part avec le monde géologique. Au travers d’une exploration des formes et des mouvements, il s’agit en fait de travailler à transformer notre regard sur les différentes manières d’être vivant et d’être au monde qui nous entourent.