Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures sanitaires en vigueur.

Lundi 13 juin, 19h00

Christian Garcin

Christian Garcin lit une sélection de poèmes amoureux d’E.E. Cummings.

Christian Garcin lit une sélection de poèmes amoureux d’E.E. Cummings.

Lecture en Arles

à l'Abbaye de Montmajour

LUNDI 13 JUIN - 19 HEURES

Christian GARCIN

lit une sélection de « poèmes amoureux » d’E.E. cummings, extraits de lovepoems, anthologie à paraître parcourant toute l’œuvre, de Tulipes et cheminées (1925) à Etcetera (1982)

2022 marquera le soixantième anniversaire de la mort du poète E.E. cummings (Edward Estlin Cummings). En 1917, celui-ci s’engagea dans le corps des ambulanciers de l’armée américaine, en compagnie de son ami John Dos Passos. Il séjourne notamment cinq semaines à Paris. Pacifiste convaincu, il est soupçonné d’espionnage, arrêté et emprisonné trois mois et demi au camp de détention de La Ferté-Macé, dans l’Orne. Son roman « La grande chambrée » se fera l’écho de cette expérience. Il est libéré en 1918. En 1921 il revient en France et passe deux ans à Paris, où il ne cessera de revenir tout au long de sa vie, ce dont témoigneront nombre de ses poèmes. La poésie de Cummings, absolument unique dans son traitement de la syntaxe, de la typographie, et de l’organisation interne des poèmes, est une des plus marquantes, des plus surprenantes et des plus passionnantes du XXe siècle. Plusieurs aspects de son œuvre sont liés à la France, et par ailleurs, parmi tous les thèmes qu’aborde sa poésie, l’amour est l’un des plus fréquents (plus de cent cinquante poèmes). La nature en elle-même y est assez peu représentée ou décrite, mais ses poèmes dessinent un paysage mental escarpé, puissant et singulier, une sorte de bout du monde aride et lumineux, intensément habité, dont il me semble que l’équivalent pourrait être un monument austère et nu, dans un paysage arcadien – un monastère, ou une abbaye. Un tel lieu, de plus, permettrait un isolement propice à l’immersion dans le continent vaste et complexe de cette poésie. De Jacques Demarcq à Thierry Gillybœuf, ses traducteurs ont déjà proposé au lecteur français la plus grande partie de son œuvre poétique. Mon projet cependant est un peu différent : il serait de rassembler tous les poèmes d’amour qui parsèment son œuvre, de « Tulips and chimneys » (1923) à « 73 poems » (1963), et d’en proposer une traduction chronologique. Choisir une abbaye comme celle de Montmajour comme lieu de résidence et de restitution de poèmes d’amour pourrait à première vue sembler paradoxal, mais il me semble qu’au contraire un tel lieu, à l’austère beauté, ayant au fil des siècles été le cadre de nombreuses expériences mystiques, peut idéalement correspondre à l’indéniable mystique amoureuse que Cummings décline dans chacun de ses poèmes. J’aimerais en outre que, lors de la restitution du travail de traduction effectué, soit proposée une rencontre-dialogue avec Thierry Gillybœuf, traducteur de nombreux recueils de Cummings, et spécialiste de son œuvre.

Suivie d’une rencontre avec Thierry Gillybœuf, spécialiste de l’œuvre de Cummings.
Organisée dans le cadre de Mondes Nouveaux.

Navette gratuite à 18 h 15
devant l'hôtel Jules-César
(réservation conseillée)