Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures de protection face au coronavirus.

23 juin - 11 juillet

Habeas Corpus

Exposition des récentes peintures de Philippe Tréfois où il explore à travers ses personnages dramatiques récurrents la lumière provençale et le foisonnement des couleurs

Exposition des récentes peintures de Philippe Tréfois où il explore à travers ses personnages dramatiques récurrents la lumière provençale et le foisonnement des couleurs
  • Sous le pinceau de Philippe Tréfois, un kaléidoscope nouveau est né!

  • Effet magique du soleil provençal: l'artiste-peintre Philippe Tréfois semble, ces dernières années, être passé d'une tragédie presque monochrome à un kaléidoscope de couleurs. A l'instar de Van Gogh, dont les toiles sévères des Mangeurs de pommes de terre ou celles inspirées par Millet se sont peu à peu gorgées de lumière. Tréfois, issu du Plat pays (si proche des Terres basses de Vincent), a enrichi ses tableaux d'une luminosité jusqu'ici inédite. Cela, bien entendu, dans un registre très différent du Maître impressionniste.

  • Malgré tout, l'esquisse des personnages parfois à la limite du figuratif, leur solitude à la Nietzsche, leur apparente désespérance demeurent et constituent la trame de cette inspiration, malgré les récents camaïeux. Cette alchimie donne à ces oeuvres leur "patte", leur dramatique étrangeté (qui n'exclut d'ailleurs pas une certaine proximité avec le spectateur), en un mot, leur style.

  • On a parlé de néo-expressionnisme. On est toujours le néo de quelque chose. Toujours est-il que Tréfois n'a pas besoin de cultiver sa singularité: elle lui est d'emblée naturelle, consubstancielle. C'est d'ailleurs là un des axes de son talent. sans "forcer" l'originalité de ses thèmes tragiques, ses doutes, les limites qui festonnent son âme, "notre" peintre peut ainsi se permettre d'amadouer la couleur.

  • Entrer dans ces dernières toiles de Tréfois, c'est un peu passer du sépia à l'irisation de la lumière, du rêve à l'éveil, de l'errance d'Orphée à la splendeur d'une aube "espérante" que nourrit un soleil nouveau-né.

  • Claude Luezior

  • Professeur d'Université

  • Lauréat de l'Académie française

  • VERNISSAGE LE 8 JUILLET à 18h30