Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures sanitaires en vigueur.

21 juin - 15 août

Iris Marchand > We Need Transformation

We need transformation est la première exposition personnelle d’Iris Marchand en galerie

We need transformation est la première exposition personnelle d’Iris Marchand en galerie

L’art d’Iris Marchand se de ploie sur des toiles de grands formats, sur les murs des villes, sur les pages de ses carnets qu’elle remplit inlassablement. Tout est pre texte à cre ation. Plaques de Placoplatre, cartons de de me nagement, draps de lin ou de coton, vêtements, qu’importe le support, elle peint et sculpte sur ce qu’elle trouve. Elle utilise toujours la même encre noire, de l’encre de Chine, plus sombre et plus profonde que l’acrylique. Presque toujours ses peintures sont accompagne es de mots à revers et de messages sous forme de slogans. Parfois le fond est colore d’un aplat rouge ou bleu.

Elle peint en noir comme pour simplifier l’effervescence des pense es qui l’animent. L’exe cution est rapide, sinon la jeune artiste se lasse et son trait perd en puissance. Son geste a la vivacite et la concision de son esprit. Il se re vèle toujours plus diligent dans les carnets qu’elle remplit quotidiennement de dessins, de phrases et de mots. Le changement d’e chelle, des croquis sur feuille Moleskine de 19 x 25 cm aux toiles grand format, se fait sans transition. Il n’y a pas de rate s, très peu de traits pre paratoires. Quand elle travaille l’argile, les pièces de ses ce ramiques sont de coupe es à même le bloc. D’une traite, la masse de terre crue est de bite e à coups de couteau ou taille e au fil. Là encore la re alisation est fulgurante et pre cise, comme pour annoncer l’urgence d’une transformation.

Sur la blancheur des draps use s par le temps prennent forment les femmes de sa re volution. Ce linge qui a e te si longtemps lave par des mains de femmes sert enfin de support à leur gloire. Iris Marchand fait de la liberte une pratique. Ses œuvres sont le prolongement d’un esprit ouvert qui ce lèbre l’e mancipation des corps et la reconnaissance du singulier. Les figures immenses de It is not a love story ou de La femme qui cherche sa liberte sont des invitations à se de barrasser du machisme, de l’homophobie, du racisme et de toute forme d’entrave sociale qui nous tient prisonnier.ère.s. La plasticienne place la non-binarite et la transition au cœur de son travail et de sa vie. Souvent les personnages de ses toiles sont nus, livre s tels quels entre toute-puissance et vulne rabilite . Le groupe sert souvent de rempart à la fragilite de l’être solitaire. Avec La Cène, ce sont treize femmes qui prennent la pause historique, nues, telle une invitation à s’affranchir des normes. « Le corps est la chose la plus politique et la plus publique qu’il soit » e crit Paul B. Preciado. Avec les portraits de Franklin et de Ce sar ou la toile tout en hauteur We need transformation, qui donne son titre à l’exposition, l’artiste autodidacte participe à l’e lan d’une re volution contre une socie te patriarco-coloniale et pour une transition joyeuse.

Melanie Bellue

Exposition ouverte
du 21 juin au 15 août
du mardi au dimanche
11h > 13h et 16h > 20h