Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures sanitaires en vigueur.

2 juillet - 2 octobre

Jacqueline Salmon. Le point aveugle

Prévue en 2020, l’exposition « Le point aveugle » a bénéficié de deux années supplémentaires qui ont permis à Jacqueline Salmon d’enrichir le corpus de ses périzoniums.

Prévue en 2020, l’exposition « Le point aveugle » a bénéficié de deux années supplémentaires qui ont permis à Jacqueline Salmon d’enrichir le corpus de ses périzoniums.
Le point aveugle. Variation sur la Crucifixion, Zurbarán / Cano. © Jacqueline Salmon 2022

JACQUELINE SALMON

LE POINT AVEUGLE
PÉRIZONIUMS, ÉTUDES ET VARIATIONS

2 juillet — 2 octobre 2022

Vernissage le samedi 2 juillet à 12h30

Initialement prévue en 2020, l’exposition « Le point aveugle » a bénéficié de deux années supplémentaires qui ont permis à Jacqueline Salmon d’enrichir plus encore le corpus de ses périzoniums. Aujourd’hui, l’exposition compte environ 230 tirages.
La première partie de l’exposition est constituée de treize photographies et un carnet – soit quatorze « stations », écho fortuit, mais non dénué de sens, à celles de la Passion du Christ – qui viennent s’insinuer dans les collections permanentes, pour entretenir des connivences temporelles, stylistiques, ou simplement esthétiques avec les peintures de Jacques Réattu, les sculptures de Germaine Richier et Ossip Zadkine, les dessins de Pablo Picasso et Pierre Buraglio.
La seconde partie est consacrée au coeur de la recherche. Organisé par périodes et manières de drapés, le parcours débute sur les plus anciennes représentations de périzoniums, encore très influencées par l’icône byzantine, pour s’achever sur la réinvention des sujets de la Passion par les peintres du XXe siècle (Bacon, Sutherland, Chagall). Il est ponctué par les photographies de l’artiste, présentées de manière isolée (pour les oeuvres majeures) ou sous la forme de nuages d’images, ainsi que ses précieux carnets d’études, qui constituent la matrice de l’exposition et du livre qui l’accompagne.