Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Les institutions culturelles et les associations adaptent leur programmation pour vous accueillir en respectant les mesures sanitaires en vigueur.

Samedi 6 novembre, 17h00

Pierre Briant : Pourquoi écrire encore sur l'histoire d'Alexandre ?

De la responsabilité des historiens. Pierre Briant fut titulaire au Collège de France de la chaire « Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre »

De la responsabilité des historiens. Pierre Briant fut titulaire au Collège de France de la chaire « Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre »
Collège de France / De natura rerum

De la responsabilité des historiens : Pourquoi écrire encore sur l’histoire d’Alexandre ?

Le nombre de publications relatives à Alexandre n’a jamais cessé de croître depuis l’Antiquité. Dans le même temps, plus on lit de livres sur Alexandre le Grand, plus on a l’impression de lire le même livre, qui reprend incessamment des stéréotypes et des lieux communs qui se sont transmis et adaptés tout au long des siècles, et qui ont élu domicile dans de larges fractions du grand public. Que peut faire l’historien d’aujourd’hui pour populariser des interrogations et des problématiques nouvelles?

Pierre Briant a été titulaire de la chaire « Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre » au Collège de France. Il a publié de nombreux ouvrages sur la Perse, les Grecs et Alexandre le Grand.

Grecs, Macédoniens et Perses : remarques sur la politique iranienne d’Alexandre

Samedi 6 novembre, 10h-12h, séance sur réservation, pensée dans le cadre de la préparation à l’agrégation d’histoire, question d’histoire ancienne. (contact@denaturarerum.fr)

Traditionnellement ce que l’on nomme la politique iranienne d’Alexandre est envisagée à partir des mariages de Suse. Sans sous-estimer l’importance symbolique et politique de cette grandiose cérémonie, il convient de ne pas oublier qu’elle fut inaugurée en réalité dès les débuts de la conquête de l’Asie mineure occidentale, et même qu’elle plongeait ses racines dans l’existence de rapports denses entre la cour macédonienne de Philippe et d’Alexandre et des représentants de l’élite perse des satrapies occidentales.