Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92
1 - 29 février

Singularités

Pour cette exposition inaugurale, les artistes d'Art&Fact y déclinent leur identité. Chacun est allé chercher au plus profond de lui-même ce qui singularise son art.

Pour cette exposition inaugurale, les artistes d'Art&Fact y déclinent leur identité. Chacun est allé chercher au plus profond de lui-même ce qui singularise son art.

ART&FACT, une jeune association arlésienne, s'est fait connaître en 2019 par une grande installation de ses oeuvres à la Chapelle de la Charité et une participation très active à l'Eté Indien (s). Forte de ces expériences, elle pousse plus loin son aventure et s'installe au coeur d'Arles, 17 rue des Suisses.

Elle affirme pouvoir sur cette base proposer chaque mois l'une ou l'autre de ses recherches personnelles, ce qui en fait une association libre, affranchie des modes pour mieux affirmer sa différence.

Qu'ils plongent au coeur de l'abstraction ou dans l'expressionisme le plus débridé, les artistes d'ART&FACT ont voulu raconter dans SINGULARITES la relation personnelle qu'ils entretiennent avec leur sujet autant qu'avec le médium qu'ils utilisent.

Ainsi PATRICIA PIARD interroge-t-elle la fragilité du monde végétal et la notion de "nature morte" dans de subtiles aquarelles. Celles-ci partagent ce jeu du vide et du plein si oriental avec les encres d'ISABELLE VINSON, bambous frémissant au vent du "monde flottant", si cher aux japonais.

A l'inverse de telles épures, les photographies de LAURENCE PETIT nous permettent, elles, d'approcher au plus près de masses liquides au bouillonnement impénétrable.

Les oeuvres de CATHERINE ARNIAC et de INGRID DENIKER, quant à elles, fascinent par le soin qu'elles déploient à masquer le visible sous la densité de leurs ombres et de leurs recherches plastiques innovantes.

Cependant, les personnages peints par PHILIPPE TREFOIS et ceux sculptés par CHRISTOPHE RIBEREAU-GAYON, délibérément expressionnistes, captivent par leur exploration des postures du genre humain.

YAUME et FRANCOISE SUBRA en appellent, eux, aux démons de l'Afrique. Le premier dans des variations sur des masques du Burkina Fasso; la seconde dans des barques sculptées, inspirées d'un voyage inoubliable en pirogue sur un fleuve impétueux.

Enfin, l'atelier de broderie d'art de JOËL BRANGER enchante l'ensemble de ce paysage contrasté de ses arabesques savantes et élégantes, semées sur des fauteuils comme autant d'invitations au public arlésien à venir se perdre dans le labyrinthe des passions d'ART&FACT.

Yaume